Faut-il être riche pour avoir des parents ?

url

Alors que l’état finance tout à ces petits cons (études bouchées, logement étudiant de 100m2, voyages culturels en Hollande pour visiter les Coffee Shop), c’est bien connu chez nos nantis, je demande : que fait celui-ci pour nous, les vieux ?

Ce qui a plombé mon budget dans ma vie, ce n’est certainement pas l’éducation de Claude, Aimée ou Philippe. En ce temps-là, on faisait un bon CAP, celui comme papa, on refilait tous nos sous à la famille et on faisait pas suer.
Mais mes parents, eux, ils m’ont coûté un bras : maison de retraite médicalisée de base à 2500 euros le mois par tête de pipe, bas à varices haut de gamme pour qu’ils ne grattent pas remboursés pour moitié, lunettes et dentier oubliés par la sécurité sociale. Au final j’ai dû retravailler pour subvenir à leurs besoins. Heureusement, ils ont fini par mourir.

Quand on sait que l’espérance de vie augmente en Occident et que je prends soin de ma santé (du moins physique), je pense que je devrai pourvoir ruiner mes enfants. Et comme ils ont eu leurs enfants à eux tard, ils vont avoir double dépenses. On va bien s’amuser !
J’espère qu’il y aura au moins Claude au chômage. Ca lui fera les pieds. Mouhahaha.

Publicités

Réconciliée avec Aimée !

url

Vous savez que j’ai une fille aînée, Aimée. Mais si, j’en ai parlé une fois !
Je l’ai appelée Aimée non par sentiment, plutôt parce que ce prénom ressemble au mien (en un peu moins bien).

J’étais fâchée avec elle depuis plusieurs années. Depuis la mort de Félix.
[sanglots]
[bon ça y est, on va pas pleurer toute la nuit non plus]
Cette chipie avait conspiré avec Pierrette, ma bru, pour le faire enterrer au Père Lachaise. Les deux cruches font la paire !
Aimée, ce n’est pas Claude, ma cadette. Claude avalerait des couleuvres. Pour une vieille sorcière de mon acabit, c’est le pied. Aimée, il ne faut pas lui en conter ; toujours à faire ce qu’il lui chante ! Donc elle aime bien Pierrette alors que je le lui ai formellement interdit. Et elle n’a même pas mis de like sous la photo de Simon en train de souffler la bougie d’anniversaire de ses six ans l’année dernière !

Je me suis réconciliée avec elle ; j’avais enfin une bonne raison. On ne pourra pas me traiter de lepéniste…
Et vous savez pourquoi ? Juste pour faire chier Claude qui ne m’avait pas appelée pendant cinq jours ce coup-ci.

 

 

J’ai quelque chose à vous dire

Muppet-Show-Theater-6

Je profite de la grève d’Hortense pour vous annoncer une grande nouvelle.
Depuis quelque temps je me fais plus rare ici (et donc chère. Si seulement les marques pouvaient s’en apercevoir…).

Je m’occupe intensément de Simon mais ce n’est pas la seule raison de mes silences. Je vous prie de bien vouloir m’en excuser, d’autant que vous me manquez beaucoup (c’est dur pour mon égo d’avoir moins de commentaires et de vous savoir lire, par dépit, Dédé1938 qui continue de publier quotidiennement).

Mais vous allez être ravis d’apprendre que je suis sur un gros gros projet, un projet qui va faire boum-dans-ta-face-Dédé. Hortense et moi sommes excitées comme des putes.
Il s’agit véritablement d’un évènement majeur. C’est tellement énorme que je n’en reviens pas (et Hortense non plus, c’est pourquoi elle reste à l’Ile Maurice) !!!

Je suis hélas contrainte de le tenir secret pour l’instant. Il fallait tout de même que je vous mette au courant. Et, rassurez-vous, dans quelques mois vous comprendrez tout (sauf Experte du Tricot, comme d’habitude…) !
J’avais quelque chose à vous dire mais je ne peux rien vous en dire (heureusement, je n’écris jamais tout à fait pour ne rien dire).

La grève d’Hortense

$_35

Avez-vous remarqué, nulle intervention de notre chère Hortense depuis plus d’un mois…
Ne croyez pas qu’elle soit partie en thalasso à La-Roche-Sur-Yon avec Dédé1938 ou avec ses petits-enfants au Center Parc offert par les municipalités de Roubaix-Lille-Tourcoing  : ce n’est pas son genre de boire de la Badoie à tous les repas et la tasse en sortant d’un toboggan géant sur lequel sa gaine ferait ventouse devant des badauds médusés.
Hortense fait tout simplement la grève de blog.
Pas de soupe de poisson, pas de croûtons de pain à la rouille ! Pas de sponso collaboration (dont tous les mots présents dans l’article seraient les siens), pas de nouveau billet !
C’est sa règle : « Je poste parce que je ne peux pas faire un blog qu’avec des partenariats ». Hortense est dure en affaires… Et les affaires ne sont pas florissantes en ce moment…
C’est la crise du blog, c’est la grève d’Hortense.

La vieille sur la photo

miss+piggy

La vieille sur la photo déteste se prendre en photo. Ca lui déclenche de l’arthrose dans les coudes. Elle demande donc toujours à quelqu’un de le faire pour elle. Là, c’est un cliché super photogénique pris en 1961 par le magazine Yéyétwistagain pour Jean-Paul Gaultier qui arrachait les plumes des paons quand il allait au zoo avec sa nurse (elle aimait bien lui montrer les phoques).

La vieille sur la photo n’aime ni ses ravissantes oreilles, elles sortent tout le temps de ses bibis, ni ses délicieux petits seins, ils ne sortent pas assez de ses bonnets, ni son beau nez. Elle porte – très bien – des gaines, des bas de contention et un corset la nuit comme Dédé1938 qui n’a pas voulu l’écrire, elle, dans sa « vieille sur la photo » (en plus Dédé, elle porte des semelles orthopédiques).

La vieille sur la photo aime son chien, les crottes de son chien sur le trottoir de cette pute de Germaine et son chien encore. Elle dit souvent « Ca a du chien ! » en hommage à Simon, son chien. Elle est très philanthrope. Son modèle dans le genre, c’est Brigitte Bardot.

La vieille sur la photo adore lire. Elle a dévoré dernièrement toutes les recettes de bains de siège de Rika Zaraï et la biographie non autorisée d’Yvette Horner (celle où Jean-Paul Gaultier lui explique que les touches de son accordéon ressemblent aux tétons de Madonna). Après elle range tous les ouvrages dans la valise en carton de Linda de Souza. Mais gardez-le pour vous, ça gêne la vieille sur la photo qu’on sache que c’est une intellectuelle…

La vieille sur la photo a été mariée à Félix. C’était pas tous les jours Byzance. Elle l’aime plus depuis qu’il est mort, Félix. Il ronchonne moins.

La vieille sur la photo voue un culte à Marcel Amont qu’elle a eu la chance de rencontrer plusieurs fois dans sa vie. C’est pas pour se vanter mais c’est un peu la classe…

La vieille sur la photo n’aime pas se mettre en avant. Elle est humble. Alors elle est contente que Dédé1938 l’ait taguée avec un « T’es pas cap, Edmée de faire un billet La vieille sur la photo ! ». La vieille sur la photo, elle est chiche de tout. Elle a du poids. Pois chiche. Ah ah ah.

La liste d’écoute « forme » de DJ Edmée

Grover-gym

Mes petits asticots,

« Il fait grand beau et il serait temps de vous bouger un peu ! », c’est ce que disait sous la douche, en se frottant les fesses, Véronique à Davina il n’y a encore pas si longtemps.
En effet, c’est le bon moment pour secouer votre arrière-train si vous ne voulez pas finir avec le popotin monstrueux de Pierrette (elle fait du 42).
Je ne fais pas de diffamation, je constate.
C’est primordial que vous puissiez toutes rentrer dans votre maillot Natalia Anorexica pour Etam – vous avez vu, je suis au courant des tendances – cet été à Palavas. Ou mieux, à La grande Motte.
Il  s’agirait de ne pas se laisser aller. Sinon il  ne faudra pas vous plaindre quand votre bonhomme vous plaquera pour une jeunette de 55 ans !!!
Aussi, je vous propose ci-dessous quelques bons morceaux pour vous accompagner lors de votre gymnastique dominicale.

A bientôt, mes abricots !

Pour les saltos avant

Pour les petites foulées

Pour les abdo-fessiers

Pour les biceps

Pour les étirements

 

 

Lettre à M@demoiselle

3901838244

Bonjour M@demoiselle,

M@demoiselle, il faut qu’on parle.
J’atteindrai un âge canonique dans quelques jours.
Philippine, jamais avare de (plus ou moins) bons conseils, m’a suggéré de lire les « blogs de mamans » comme on dit et y trouver des activités Montessori que je pourrais appliquer pour Simon.
J’atteindrai un âge canonique dont la coquetterie me force à taire le nombre de bougies sur l’exquis gâteau qu’aura préparé Hortense pour moi et en matière d’éducation j’en ai vu de belles. Je veux dire, M@demoiselle, j’ai vu des tas de modes, des tas de décennies, des tas de parents. Il y en a qui allaient écouter Edith Piaf à l’Olympia habillés tout de gris foncé, il y en a qui portaient les cheveux longs avec des foulards dedans, il y en a qui partaient travailler le matin en costard-cravate rose ou en tailleur saumon pur nylon… Certains n’avaient pas choisi d’être parents, d’autres laissaient faire la nature, d’autres encore avaient pu contrôler les naissances. Certains étaient soucieux de leur progéniture, même s’ils ne la voulaient pas ; d’autres pensaient qu’elle s’élèverait avec de l’amour, de l’eau fraîche et quelques joints ; d’autres encore la voyaient parfois comme une charge financière et une charge pour leur promotion sociale.
Mais écoute, M@demoiselle, aucun ne se prenait la tête comme toi pour des broutilles et ne se regardait autant le nombril en se demandant s’il était un bon parent car il couchait son fils au plus tard à 20h30 et avait dit à sa fille, un jour de grande colère, qu’elle sentait la sardine. Aucun ne s’autoflagellait ou ne s’autocongratulait en permanence sur son rôle parental.
Tu cherches à éduquer qui, toi ? Ton enfant ou toi-même ?
Alors, on est bien d’accord, M@demoiselle, tous ces petits rituels et ces petits détails tangibles pour toi, et dont tu n’auras que faire dans dix ans, te permettent surtout aujourd’hui de te rassurer. Parce que dans le fond tu es une bonne maman, une maman aimante comme 99% des mamans (Pierrette ma bru et Mélanie ma petite-fille exceptées), je n’en doute pas, et toi non plus tu ne devrais pas en douter.
Alors, on est bien d’accord, M@demoiselle, arrête de lire les forums, les blogs d’autres mamans où chacune montre comme son utérus est le plus beau, arrête de te mettre inutilement une pression d’enfer (et par extension possible à tes enfants aussi), garde tout ce sérieux pour les véritables épreuves ; va faire un tour dehors avec tes petits, rigole, joue avec eux seulement si tu en as envie, là où il n’y aura pas d’autres mamans pour parler de leurs recettes de petits pots bio et de débats sur l’intérêt pédagogique ou non des tablettes pour les moins de seize ans. Et laisse tes enfants t’apprendre à être une maman, la leur. Ca te fera sûrement du bien. Et peut-être à eux aussi.

Bien le bonsoir, M@demoiselle.

Edmée